.... Interview with David Benedek, founder of the niche perfume brand BDK Paris .. Entrevue avec David Benedek, fondateur de la maison de parfums BDK Paris ....

....

It took David Benedek audacity, passion and courage to launch an independent perfume brand when he was only 24 years old. He founded BDK Parfums in Paris in 2016, a house that meets an impressing success, namely with Rouge Smoking that was nominated for the FIFI Awards this year. The H Parfums crew just met him in his parisian office.

..

Il fallait de l’audace, de la passion et du courage pour lancer une Maison de parfumeur créateur indépendante à l’âge de 24 ans. David Benedek a relevé ce défi avec brio en fondant BDK Parfums à Paris en 2016. Une maison qui rencontre beaucoup de succès et dont la dernière création Rouge Smoking a été nominée aux FIFI Awards. L’équipe de H Parfums l’a rencontré à Paris dernièrement.

....

Capture d’écran, le 2019-05-06 à 19.40.59.png

....

Gabrielle Badach: Perfume is in your family’s history. What are the scents and perfumes that marked your childhood, your teens?

David Benedek: It’s essentially places, to be frank - my grandmother had a terrace in her apartment, a garden that was filled with flowers since one of her passions was gardening. At the beginning of each spring, she would plant or replant flowers, so when they would start to bloom, mid-spring or at the beginning of summer, this floral odor would fill the terrace. She would plant tulips, pansies, a bit of mimosa, magnolias as well - those are a few flowers that remind me of my youth. There was also this scent, again at my grandmother’s, during summer in Corsica. It was this scent reminiscent of calone, a little salty, marine, on the cliffs with the heat of summer. It was this salty and warm scent. I remember the beach as well, where we would go frequently, that I appreciated enormously.

GB: So this was your whole childhood and adolescence?

DB: Yes, until I was fifteen.

GB: You were only twenty-six years old when you founded BDK Parfums, is that right?

DB: In fact, I was a little younger, I was twenty-four. I began drafting, imagining it at that age but I launched BDK officially at twenty-six. I was very young, I concur, but I was very confident about this project. Curiously, it was always on my mind, I was very passionate about this.

GB: It’s well known that the perfume industry today is oversaturated with new brands. Every day, there are thousands of new lines, thousands of launches a year. How do you explain the success of your brand?

DB: I think it’s even more challenging now than it was three years ago. The more this industry grows, the tougher it is for a brand - I think three years ago was the limit. It seems a lot more complex to launch a new brand today, as there are so many competitors. I think you can explain BDK’s success - well I have a lot of humility so it’s hard for me to say why we succeeded, but I think we are a very authentic brand. Everything we make, we do it with heart, lovingly, but also with transparency. I think this is what makes the distinction in between a perfume house that will last and a brand that’s very conceptual but will only last six months. When I created BDK, I didn’t feel like designing a concept just for the sake of it, that’s not what attracted me to perfumery. I really wanted to evoke the superb Parisian tradition of perfumery, but with a modern twist, inspired by French tradition and heritage - and then translate it in a modern fashion. I think our aim at BDK is to offer gorgeous fragrances, axed on the quality of our raw materials, and to show our customers that the perfume they are purchasing is a creation that’s been thought over, conceived and realized with passion. People often ask me why I think my perfumes are selling so well, why a customer would prefer my perfumes over others. I love fashion and I studied at IFM (Institut Français de la Mode) and I explain that it’s just like fashion - why would you choose a creator over another? Well, because you love their work! There’s no real scientific reason to justify their choice.

GB: Regarding the beginnings of your brand, was it challenging to find funding?

DB: Well at first, I did have a little money aside from my youth and some that my parents generously donated. I also did a loan with the bank, but I do think that a brand can start with a moderate amount of money. It’s really about thinking about the costs of production and trying to not launch ten creations at a time. I launched five, which is already a lot - it’s very important to be careful about the money spent, but it is conceivable to launch a brand with a small amount of money.

GB: In a less technical sense, what moves you in a perfume and which BDK perfume do you like to wear?

DB: What moves me in a perfume is the sentiment I feel when I initially smell it. I think perfume is linked to memories and experiences and often, it reminds me of my own life experiences. I am prone to melancholy - I am a very nostalgic person. Perfume often evokes memories, places or people I know. Some raw materials speak to me, remind me of loved ones. At times, I will smell a perfume or raw material, that will completely conquer me, surprise me, fill me with delight, a material I will want to appropriate. It’s really about both, this feeling of novelty and nostalgia. Lately, I’ve been wearing Crème de Cuir, one of my most recent creations, I love wearing it with spring rapidly approaching. It’s a leather fragrance that’s very citrusy,  that’s very pure, without any animalic notes, very transparent with a distinct note of bergamot leaf. It’s an invigorating, comfortable and sensual perfume. I’m wearing this one a lot recently, but I wore each and every one of my fragrances. It’s hard for me to choose a favorite. The one perfume that has a symbolic value to me is Bouquet de Hongrie because it’s a tribute to my grandmother. Her name is on the packaging. This is what I mean when I say BDK is an authentic brand because our perfumes are inspired by true stories. I really wanted to pay homage to my grandmother, who was from Romania but spoke Hungarian. She was really the one to bestow me and teach me the culture of perfumery.

 
GB: Was that a part of her Romanian heritage?

DB: No, not at all. My grandmother is from Romania and after the war, they flew from Romania et came to reside in Paris. My grandfather is a lawyer but he couldn’t practice in Paris, so he looked for another profession and my grandmother started taking esthetic courses. She was giving treatments to Hungarian women living in Paris. Oftentimes, those women were affluent and would wear fragrance. The trendy perfume back then was Je Reviens by Worth, a very chic fougere perfume. Naturally, she asked my grandfather to buy her this perfume. This is how he developed the idea of distributing perfumes from Jean Patou, Dior, Worth, all those American perfume houses not yet diffused in Paris. American soldiers would buy them from him, he had a lot of success and founded his first perfumery. That’s how my grandmother developed her perfumery, which she continued directing with my father. That’s why we have this love of perfumery in my family.

GB: Can you describe the creative process behind a perfume? Do you smell every prototype a perfumer suggests, or do you let them do as they wish? Do you perform tests with a team, with distributors and consumers?

DB: Tests are usually done only with my friends and family - not with consumers, not with distributors. I think creation is a very private thing, it’s very intimate. I don’t feel the need to ask for an opinion every time, from a distributor or a consumer, if it’s worthy to launch it. I do ask for the opinion of my close friends and family, though, since they know me well. This makes sense to me. For the creative process, I work with a lot of raw materials, with colors, with abstract ideas. As you may know, there are two collections at BDK Parfums, the Parisian collection, and the Matières collection. Often, for the Parisian collection, I think of a narrative first, then the raw materials we will use. For the Matières collection, we think of the materials first, then the accompanying story. I like having those two radically opposed approaches, it always depends on the creation. I’m not a nez, but I do like composing olfactory formulas and developing the olfactory pyramid, thinking of a story, of color or nuance.
 

GB: When you think about your olfactory pyramid, what kind of permissions do you give the perfumers?

DB: Total liberties! I always give the maximum of liberties to perfumers because my position is more of an artistic director one. There’s a lot of respect in between a perfumer and me. If I give a perfumer an idea, he will never say no - he will try to develop the formula until it’s perfect. This is why I give entire liberty to the perfumers concerning formulas. Oftentimes, when I tell them the narrative behind a specific fragrance, I have an idea of which raw materials to use, but not always. I work closely with perfumers and give them liberties to realize a perfume that matches perfectly to the original idea I had of it.

GB: Do you usually guide the perfumers with words relating to emotions or with olfactive terms?

DB: Both.

GB: How do you choose a perfumer? Do you meet multiple at first or do you have a specific one in mind?

 DB: I normally meet a few, I usually like working with the same perfumers. Since I have a lot of respect for them, I submit the brief to all of them and let them decide if they want to work on it, then they submit the first trials. I always omit the names of the perfumers on the prototypes so I’m not biased, then I continue working with them.

GB: So it means you work in the same manner as a mainstream perfume house but at a smaller scale?

DB: Yes, in a way. I think the perfumers are pleased to work on niche projects, as we don’t restrict our creations with kilo prices. We can go up to 400 or 500 euros a kilo. We have enormous budgets, the mainstream houses habitually don’t. Perfumers can really have fun working with us, they appreciate their profession.

GB: Can you talk about the creative process behind Pas ce Soir and tell us where your idea comes from?

DB: I was on a terrace in Châtelet five years ago with two of my best friends and I told them I wanted to create a very obstreperous perfume, an unusual fragrance that would shock a little. It was one of my first creations. I think working in niche, it’s easy to create unique perfumes, dare a little, and I thought of a Parisian women, very assured, independent, who’s not afraid of being mysterious, secretive, that dares to wear a perfume that’s a chypre, fresh, warm, sensual, slightly gourmand but also very spicy. This is a very ambivalent perfume and it’s exactly how I pictured it. I told them I want to call it Pas ce Soir and they burst in laughter. I’m a very discreet person, I don’t really like standing out from the crowd, so they told me I would never dare. A few perfumers worked on the brief and Violaine suggested a perfume with ideal textures, both cold and warm, spicy and gourmand. She proposed an olfactory trilogy of quince, orange blossom, with a spicy top note of black pepper. I absolutely loved this audacious idea. We started experimenting with this idea, working together to find the perfect equilibrium of spicy notes, gourmand notes, and orange blossom. This is the story of Pas ce Soir!

GB: Describe the typical launch of a BDK perfume. Do you usually launch in different countries or only one in Paris?

DB: Our focus is always in Paris, at the Palais Royal. All our official launches are in Paris. For Crème de Cuir, we had an amazing launch at Palais National, a wonderful press launch. I want my perfume to start in Paris, so naturally, I launch them here. If asked by certain distributors or stores, we travel there. We launched at Harrods recently, they were seduced by our perfumes. I wanted to sell my perfumes either at Harrods or Selfridges. Our distributor, the Revlon group, approached Harrods. They loved our perfumes, launched our perfumes in the United Kingdom. It was exceptional. Our two newest fragrances, Rouge Smoking, and Crème de Cuir were not really launched except in Paris. We are a fairly small house, we don’t have the means to launch everywhere.

GB: Your newest creation, Rouge Smoking, is nominated at the FiFi Awards in the category Best Niche Creation. Which repercussions could this have for your brand?

DB: We learned this morning that we are one of the third finalists, amongst two hundred choices! I know my perfume will be on the big screen, which is absolutely tremendous for me. All of this industry is reunited in the same room. I think if someone would have said this to me five years ago, this would have eliminated a lot of worries in my head about the future of my brand. I am extremely proud and I am delighted that my brand will be on the big screen. It’s kind of like playing in the big leagues, it’s a huge amount of recognition. If we win, naturally it’s a lot of emotions, it would legitimate our brand even more. Customers wise, I don’t think it’s going to change a lot, as they enjoyed our brand before. Maybe it will help make our brand a little bit more known. Perfumery is a pretty private world, it’s important to make your place in it.

 
GB: I am aware it may be difficult to not be biased about your own creation, but why do you think Rouge Smoking is nominated and in the third finalists?

DB: It provokes a pleasant addiction. The perfumer, Amélie Bourgeois from Studio Flair, and I worked together on a cherry accord that I utterly adore. We chose to avoid the cherry juice aspect and work on the pit of the cherry, and make it addictive with a note of black vanilla from Madagascar, very dense, filled with different musks, to give it an airy side, gourmand but not offensive, with the cherry red aspect to give a dark red facet to the perfume. We only used one flower, the heliotrope, to give the fragrance an almond note, paired with Tonka bean which completes the perfume beautifully. We always add a note of pink pepper at the top, it’s sort of a signature at BDK. It’s this balance and this overdose of certain materials that make this perfume very interesting, very unique.


GB: What do you love about pink pepper?

DB: It’s a spice I enjoy, it is very smooth, sensual, a very inoffensive spice. It’s not cumin, or curcuma, or pepper. It’s a lot softer, it’s gustatory. It penetrates and it fuses. Black pepper is a lot more unpredictable than pink pepper.


GB: You launched Tabac Rose and French Bouquet at Harrods. When will those creations be available to the Canadian market?

DB: Likely in six months. I only have to think about how to integrate them into the permanent collection. These creations allow us to test what works with customers. Tabac Rose will surely be reintegrated, French Bouquet - we’re still uncertain. It’s an aldehyde, a very retro perfume, very twenties, and thirties, it’s a little bit of an outcast in our collection, but I think it’s very interesting. I still have to wait a bit to see if I reintegrate it or not.


GB: When you say reintegrate, do you mean that you will integrate them or discontinue them, or will they stay exclusives at Harrods?

DB: They would stay exclusives.


GB: Can you give me a few more words about
Bouquet de Hongrie?

DB: It's gorgeous terrace in the spring, my grandmother’s garden, flowers, the joy of living, it’s the moment for self-care, the bathroom in the morning, it’s a fragrance that’s soft, delicate, sensual and light. It’s a superb green bouquet of flowers in water, an aquatic floral bouquet. It’s a perfume I adore, a perfume done in a classic style. It was pretty odd to do be a niche brand but to conceive a classic perfume. Well, it’s not because you are a niche brand that you can’t make a gorgeous floral bouquet that’s classic, but modern.

GB: What about Pas ce Soir?

DB: It’s a Parisian, playful, mysterious, sensual, timeless perfume.

GB: Let’s talk about Oud Abramad.

DB: It’s a pretty rich perfume, it’s peace, it’s fusion. I think creation can soothe people. It’s a political perfume, even if I don’t really say it! It’s an oud, which is an oriental wood, but in the case of this fragrance, it’s very occidental. It’s a bridge between Orient and Occident, it can be worn by everyone. Abramad is a prince that lives in his palace in Arabia, open to the world around him. It’s a modern oud, it symbolizes modernity and open-mindedness, something I hope the younger generations have. It’s reconciliation between cultures, a melting pot of civilizations.

GB: Tubéreuse Impériale?

DB: It’s a very mean tuberose, she’s personified. All the other flowers try to steal her spotlight - tuberose is so rich, so solar, that the other flowers like jasmine and iris try to take her place, but she still dominates. She needs the other flowers to get even more gorgeous - she uses them. Tuberose is usually so strong, but in this perfume she’s dry. Tuberose is naturally kind of milky, but the iris in the perfume gives it a powdery side, as well as the essence of cypress which gives it this woody side. She’s drier than most tuberoses, it gives her charm. Her solar, sexy and reassuring side could not exist without the other flowers - jasmine, iris, and ylang-ylang.

 

GB: Wood Jasmin?

DB: I honestly thought it was going to be my best seller, I believed in it! I adore it, it represents a humid forest to me, in the heart of the city, warm weather, with drops of rain on bare skin. It’s composed of sumptuous materials, very onerous, like cypriol nagarmotha, Somalian incense, Madagascar black vanilla, prune, and myrrh. The particular thing about this perfume is we used a double absolute of jasmine - Egyptian jasmine, which has floral and animal facets. Its name is not very representative as this perfume does not smell only like jasmine and woods. Davana also brings a very liquorous side - cognac, rum. It’s a very mysterious perfume, very abstract compared to the rest of the collection.

GB: Crème de Cuir, as you stated it, is a leather that is rid of all animal notes.

DB: I think it needs to be said, I think it’s a superb creation. I don’t really like very animalic, very smoky leathers. I wanted to explore leather with a very sheer, very light facet. Violaine Collas, who created Pas ce Soir, mixed leather with fruits. We worked with the leaves of those fruits - ananas, bergamot, mandarin, mixed with a suede facet, which gives a very addictive side to the leather, very musky as well. All those leaves are raw materials, of course.

 GB: And what about Rouge Smoking?

DB: Emotionally wise, it’s Pigalle, it’s Paris, a homage to Yves Saint Laurent since my grandmother and my mother loved him. I was certainly influenced, I saw an exposition about his work eight years ago at Petit Palais and I thought it was gorgeous. I think he brought a lot to the world of fashion. I wanted to pay tribute to the smoking he designed for women, that’s why I called it Rouge Smoking. I think it was very daring of him to feminize a piece that’s usually worn by men. I imagined a woman dressed in a red smoking, in Pigalle, which is very chic, a true contrast between the refined and the brutal side of Pigalle. It’s a neighborhood where I spent a large amount of time, I would go out to bars and parties there, it’s a neighborhood that’s very dear to me. I love this about Paris, all the neighborhoods are totally in disaccord. I wanted to put this side of Paris in the spotlight - this crazy, bohemian side.


GB
: Do you use only natural raw materials?

DB: Not always, I don’t have a preference. There are really nice synthetic materials as well, it’s a question of what works in the perfume you’re composing.

GB: Do you have anything to say in conclusion?

DB: I would like to thank Louise very warmly, she was one of the firsts to carry my perfume, for a creator that’s very important. If I make perfumes but no one buys them, then what is it for!

..

Gabrielle Badach: Le parfum est une histoire de famille pour vous. Quelles sont les odeurs et les parfums qui ont marqués votre enfance, votre jeunesse?

David Benedek: C’est surtout des lieux, en fait - ma grand-mère, elle n’est plus, mais elle avait une terrasse dans son appartement, et c’est une terrasse qui était toujours très fleurie puisqu’une des passions de ma grand-mère, c’était les fleurs. Du coup, à chaque début de printemps, elle plantait ou re-plantait des fleurs, donc quand elles commençait à renaître, à la mi-printemps ou au début de l’été, il y avait cette odeur florale qui embaumait la terrasse. C’était beaucoup de tulipes, de pensées, un peu de mimosa, du magnolia aussi - ce sont beaucoup de fleurs qui m’ont marquées pendant que j’étais jeune. Il y a aussi, toujours chez ma grand-mère, pendant l’été en Corse. Il y avait toujours cette odeur un peu calone, un peu sel, marin, sur les rochers avec la chaleur du jour. Il y avait ce côté salé et chaud. Je me rappelle de la plage, où on restait beaucoup, qui m’enchantait.

GB: Donc c’était toute votre enfance, toute votre adolescence, c’est ça?

DB: Oui, jusqu’à mes 15 ans.


GB: Vous aviez seulement 26 ans lorsque vous avez fondé BDK?

DB: En fait, j’étais plus jeune, j’avais 24 ans. En fait, je commencé à l’écrire, à l’imaginer à cet âge mais je l’ai lancée officiellement à 26 ans. C’est très jeune, c’est vrai, mais j’étais sûr de moi. Bizarrement, je n’avais que cela en tête, j’étais passionné de travailler sur ce projet.


GB
: On sait qu'aujourd'hui, le marché est complètement saturé de nouvelles marques. Tous les jours, il y a des milliers de marques, des milliers de lancements par an. Comment avez-vous fait pour tirer votre épingle du jeu?

DB: Je crois que c’est encore plus difficile aujourd’hui qu’il y a 3 ans. Plus on avance, plus c’est difficile pour une marque - il y a 3 ans, c’était la limite. Je ne suis pas arrivé trop tôt, mais pas trop tard non plus. Ça me paraît vraiment plus compliqué de lancer une nouvelle marque aujourd’hui, tellement il y a d’acteurs. Je pense que BDK, j’ai beaucoup d’humilité alors c’est difficile pour moi de dire pourquoi ça marche, mais je pense que c’est une maison qui se veut très authentique. En fait, tout ce qu’on fait, on le fait vraiment avec le coeur, très passionnément, de manière transparente. Ce qui fait la différence aujourd’hui entre une maison qui a vocation à perdurer et une marque qui se lance, très conceptuelle, mais qui va rester 6 mois sur le marché. Quand j’ai créé BDK, je n’avais pas envie de créer un concept pour créer un concept, ce n’est pas ce qui m’a attiré, j’avais vraiment envie de parler de belle parfumerie parisienne, mais d’une façon contemporaine, en m’inspirant de l’héritage et de la tradition française - de retranscrire cette héritage de façon moderne. Je pense que le discours chez BDK, c’est justement de proposer des parfums de qualité, centrés sur la qualité des matières premières utilisées, et de montrer à nos clients que ce qu’ils achètent, c’est une vraie création qui a été réfléchie, conçue, passionnée et réalisée. Souvent, on me demande pourquoi mes parfums se vendent mieux que d’autres, pourquoi un client choisit les miens. J’aime beaucoup la mode et j’ai été à l’IFM et je leurs réponds que c’est comme la mode, pourquoi choisir un créateur plutôt qu’un autre? Forcément, parce que cela vous plaît! Il n’y a pas vraiment de raison scientifique pour justifier.


GB
: Pour les débuts de la marque, est-ce que ça a été compliqué de trouver des financements?

DB: Au début, j’avais un peu d’argent de côté d’enfance et que mes parents m’avaient gentiment donné et j’ai fait un prêt à la banque, mais je pense qu’on peut démarrer avec une certaine somme d’argent qui n’est pas démentielle, il faut surtout réfléchir aux coûts de production et comment on va la produire et ne pas lancer 10 créations d’un coup. J’en avais lancé 5, qui est déjà beaucoup, il faut faire très attention à ses coûts mais on peut s’en sortir avec un montant raisonnable.

GB: Dans un esprit moins technique, qu’est-ce qui vous touche dans un parfum et quel parfum BDK aimez-vous porter?

DB: Ce qui me touche dans un parfum, c’est l’émotion que je vais ressentir quand je le sens. Je pense que le parfum, c’est très lié aux souvenirs et aux expériences et souvent, ça m’interpelle sur des choses que j’ai vécues. J’ai un brin de mélancolie, je suis surtout très nostalgique. Souvent, le parfum me rappelle beaucoup de souvenirs, d’endroits, de personnes que j’ai fréquentées. Il y a des matières qui me parlent, qui me rappellent certaines personnes. Parfois, je peux sentir un parfum, ou une matière première, qui va complètement m’interroger, me surprendre, qui va me donner envie, que je vais vouloir m’approprier. C’est un peu les deux en fait, c’est à la fois un sentiment de nouveauté et de nostalgie. Un parfum, ça m’évoque beaucoup. En ce moment, je porte Crème de Cuir, un des derniers que j’ai fait, j’adore le porter avec le printemps qui arrive. C’est un cuir qui est hespéridé, donc un cuir très blanc, dépoussiéré de notes animales, assez transparent avec des feuilles de bergamote. C’est un parfum revigorant, confortable et sensuel. En ce moment je porte celui-ci, mais je les ai tous portés. C’est dûr de vous dire lequel je préfère. Celui qui a pour moi une valeur un peu symbolique, c’est Bouquet de Hongrie, à cause de ma grand-mère. Il y a même son nom sur le packaging. C’est dans ce sens là aussi que je vous dis que BDK est perçu comme une marque authentique, puisqu’on raconte de vraies histoires. Je voulais rendre hommage à ma grand-mère, qui est d’origine roumaine, mais qui parlait le hongrois. C’est vraiment elle, à travers cette parfumerie, qui m’a montré et enseigné la culture du parfum.

GB: Est-ce que cela venait de son héritage roumain?

DB: Non, pas du tout. En fait, ma grand-mère est roumaine d’origine et après la guerre, ils ont fui la Roumanie et sont venus s’installer à Paris. Mon grand-père était avocat de formation mais ne pouvait pas pratiquer à Paris, il a donc cherché une autre vocation et ma grand-mère prenait des cours d'esthétisme. Elle a commencé à donner des soins aux femmes hongroises qui habitait Paris. Souvent, ces femmes avaient des moyens et se parfumaient. Le parfum à la mode était Je Reviens de Worth, un parfum fougère très chic. Du coup, elle a demandé à mon grand-père de lui acheter ce parfum. Il a eu l’idée de distribuer ces parfums, de la maison Jean Patou, Dior, Worth, les maisons américaines qui n’étaient pas encore à Paris. Les soldats américains lui achetait ces parfums, il a du succès et a fondé sa première parfumerie. C’est comme cela que ma grand-mère a développé la parfumerie, ensuite avec mon père et il y a cet amour du parfum dans ma famille.

GB: Comment se déroule le processus de création d’un parfum? J’entends par là si vous sentez tous les essais d’un parfumeur, ou vous leur laissez le champs libre, faites-vous des tests avec l’équipe, les distributeurs, les consommateurs?

DB: Les tests, ce n’est seulement qu’avec mes amis et ma famille - pas de consommateurs, pas de distributeurs. Je trouve ça très privé, une création c’est une chose très intime. Je n’ai pas envie de demander chaque fois l’avis de quelqu’un, d’un distributeur, d’un consommateur, de juger s’il faut le sortir. Par contre, je demande l’avis de mes amis intimes, de ma famille, puisqu’ils me connaissent. Là, ça a du sens. Après, pour le processus de création, je travaille beaucoup par matières premières, par couleurs et par messages. Vous savez, il y a deux collections chez BDK, la collection parisienne et la collection matières. Souvent, pour la collection parisienne, on imagine d’abord une histoire, ensuite on va vers les matières premières, et la collection matières, on imagine d’abord la matière première et puis l’histoire. J’aime bien ces deux approches carrément opposées, ça dépend toujours de ce que l’on veut faire. Même si je ne suis pas nez, j’aime bien écrire la formule olfactive, développer ma pyramide olfactive, ou sinon j’imagine d’abord une histoire, une couleur, une nuance.

GB: Comme vous imaginez parfois votre pyramide olfactive, quelle liberté donnez-vous aux parfumeurs?

DB: Totale! Je donne toujours le maximum de liberté aux parfumeurs puisque j’ai plus un rôle de directeur artistique. Il y a beaucoup de respect entre un parfumeur et moi, des deux côtés. Le parfumeur, si je lui donne une idée, il me ne dira jamais non, il va chercher à sortir le meilleur de la formule. C’est là que je lui donne la liberté pour agrémenter la formule. Souvent, quand je parle de mon histoire, en général j’ai une idée de matière première mais pas forcément. Je travaille avec le parfumeur et c’est là que je lui donne des libertés pour pouvoir le mieux réaliser l’histoire que j’ai envie de transmettre olfactivement.

GB: Donc, quand vous le guidez, c’est plus avec des termes qui touchent à l’émotion ou des termes olfactifs?

DB: Les deux.


GB: Et comment choisissez-vous le parfumeur? En rencontrez-vous plusieurs ou en

avez-vous un en tête?

DB: J’en rencontre plusieurs, souvent j’aime mieux travailler avec les mêmes parfumeurs. Comme j’ai beaucoup de respect pour chacun d’eux, j’aime bien soumettre le brief à tout le monde et ceux qui ont envie de bosser dessus, puis il y a des premiers essais qui sont soumis. Je sors toujours à l’aveugle les essais pour ne pas me faire influencer par le parfumeur et puis on continue le travail ensemble.

GB: Vous travaillez de la même manière qu’une grande marque avec une maison de composition, mais à plus petite échelle.

DB: Quand même, oui. Je pense que les parfumeurs ont un vrai plaisir à travailler sur des projets de niche comme ça, car on ne limite pas les créations avec des prix de kilo. On a pas ça, on peut aller jusqu’à 400 ou 500 euros le kilo. Cela fait déjà d’énormes budgets, tandis que les grandes maisons ont plutôt un budget limité. Les parfumeurs peuvent vraiment s’éclater avec nous, c’est de là qu’ils jouissent de leur travail et de leur métier de parfumeur.

GB: Pourriez-vous nous parler du processus de création de Pas ce Soir et nous dire d’où vient cette idée?

DB: J’étais en terrasse à Châtelet il y a cinq ans, j’étais avec deux de mes meilleurs amis, et je leur disais que j’avais envie de créer un parfum très tapageur, de casser les codes, de choquer un petit peu. C’était une de mes premières créations. Je trouve qu’à travers la niche, on peut se permettre des choses et j’imaginais l’idée d’une femme parisienne, très assumée, très indépendante, qui n’a pas peur d’être mystérieuse, secrète, et qui peut oser de porter un parfum à la fois chyprée, à la fois frais, à la fois chaud, sensuel, légèrement gourmand mais à la fois très épicé. Ce parfum est plein d’ambivalence et c’est comme cela que je l’imaginais vraiment. Je leur ai dit que j’avais envie d’appeler ce parfum Pas ce Soir et ils ont explosé de rire. Comme je suis normalement un garçon qui est assez discret, qui n’aime pas trop se faire remarquer de base, ils m’ont dit que jamais je n’oserai. Plusieurs parfumeurs avaient bossés sur le brief et Violaine m’a proposé un parfum où elle a vraiment compris les textures du parfum que j’avais envie, à la fois le chaud et le froid, l’épicé et le côté gourmand. Elle m’a proposé une trilogie olfactive entre le coing, la fleur d’oranger, avec une tête épicée de poivre noir et j’ai trouvé l’idée super audacieuse. Du coup, ça m’a plu et on est partis avec cet essai. On a travaillé ensemble pour trouver le juste équilibre entre les notes épicées, gourmandes et fleur d’oranger. C’est comme ça qu’est né Pas ce Soir.

GB: Comment se déroule le lancement d’un parfum BDK? Faites-vous plusieurs lancements de parfums dans différents pays ou un seul à Paris?

DB: Le coeur est toujours à Paris, au Palais Royal. Tous les lancements mondiaux sont à Paris. PourCrème de Cuir, on a eu un super lancement au Palais National, un beau lancement de presse. J’ai envie que mes parfums naissent à Paris, donc de les lancer ici. À la demande de certains distributeurs ou de certains points de ventes, on se déplace dans certains magasins dans le monde. On a lancé récemment chez Harrod’s, qui se sont lancés séduire par les parfums BDK. On ne les as pas trop sollicités, c’est eux plutôt qui sont venus vers nous. Je voulais vendre soit chez Harrod’s, soit chez Selfridges, mais pas ailleurs. Du coup, notre distributeur qui est le groupe Revlon est allé voir Harrod’s. Ils ont adoré, on a fait un lancement BDK et presse en Angleterre qui était super beau, super réussi. C’était assez exceptionnel. Nos deux nouvelles fragrances, Rouge Smoking et Crème de Cuir, n’ont pas vraiment été lancées sauf à Paris. On est une petite maison, on a pas de moyens colossaux pour lancer partout.

GB: Votre dernière création Rouge Smoking a été nominée pour les FiFi Awards dans la catégorie Meilleure Création de Niche. Qu’est-ce que ça pourrait avoir comme répercussions pour votre marque?

DB: On a appris ce matin qu’on est dans les trois derniers finalistes, parmis 200 choix. Je sais déjà que mon parfum va être sur grand écran, pour moi, c’est énorme. Toute la profession est réunie dans ce lieu. Je crois que si on m’avait dit ceci il y a 5 ans, ça m’aurait enlevé bien des soucis que ma marque ne marche pas. Je suis très fier et je suis très content que la ligne BDK va être sur grand écran. On entre un peu dans la cour des grands, c’est beaucoup de reconnaissance. Si on gagne, ça causera beaucoup d’émotions, ça légitimerait la marque davantage. Au niveau de notre clientèle, ça ne changera pas grand chose, ils aimaient déjà la marque avant. Ça permettra peut être de plus la faire connaître. C’est quand même un milieu assez fermé, la parfumerie, faut s’y faire sa place.

GB: Je sais que c’est un peu difficile de prendre du recul sur sa propre création, mais à votre avis, qu’est-ce qui a valu à Rouge Smoking sa nomination et sa sélection dans les 3 finalistes?

DB: C’est une belle addiction. Le parfumeur, c’est Amélie Bourgeois, du Studio Flair et on a travaillé ensemble sur un accord cerise que j’adorais. On était pas dans le jus de cerise, mais plus dans le noyau textuel de la cerise, mais on voulait le rendre tellement addictif qu’on la jumelé avec de la vanille noire de Madagascar, très sauvage, et on l’a bourré de musc, des muscs différents, pour lui donner un côté aérien, gourmand, addictif mais pas écoeurant et le côté rouge cerise qui donne un côté rouge foncé au parfum. En plus, on a utilisé qu’une seule fleur, qui est l’héliotrope, qui a permis de nourrir le parfum d’un côté amandé, avec de la fève tonka qui se mariait bien. En tête, notre signature chez BDK, c’est de mettre un peu de baie rose. C’est cet équilibre et cette surdosage de certaine matières qui rend le parfum intéressant, assez unique.

GB: Qu’est-ce qui vous plaît tant dans la baie rose?

DB: C’est une épice que j’adore, qui est douce, sensuelle, qui ne fait pas peur. Ce n’est pas le cumin, ce n’est pas le curcuma, ce n’est pas le poivre. C’est beaucoup plus doux, c’est gustatif. C’est pénétrant et c’est fusant. Le poivre noir est beaucoup plus volatil que la baie rose.

GB: Vous avez lancé Tabac Rose et French Bouquet chez Harrod’s. Quand est-ce que ces créations seront disponibles sur le marché canadien?

DB: Dans six mois, ça sera possible. Il faut seulement penser à comment les intégrer dans la collection permanente. Ça permet de tester qu’est-ce qui plaît. Tabac Rose pourra être réintégré, French Bouquet, j’attends de voir puisque c’est une expérience. C’est un aldéhyde très rétro, très années 20-30, qui fait un peu alien dans la collection BDK, mais que je trouve intéressant. Je dois attendre un peu pour voir si je vais réintégrer ou pas.

GB: Si vous les intégrez, resteront-ils en exclusivité chez Harrods?

DB: Ils resteraient en exclusivités.


GB: Pouvez-vous me donner quelques mots de plus sur
Bouquet de Hongrie?

DB: C’est une belle terrasse au printemps, c’est la terrasse de ma grand-mère, les fleurs, la joie de vivre, c’est le moment où chacun de nous prend soin de soi, la salle de bain le matin, une fragrance qui est confortable, qui est délicate, qui est à la fois sensuelle et légère. C’est un beau bouquet vert de fleurs dans l’eau, un beau bouquet floral aquatique. C’est un parfum que j’aime, un parfum que je voulais assez classique. Ça m’amusait d’être une marque de niche mais de faire un parfum assez classique. Ce n’est pas parce que tu es une marque de niche que tu ne peux pas faire un beau bouquet de fleur à la fois classique mais aussi moderne.

GB: Pas ce Soir?
DB: C’est un parfum espiègle, parisien, mystérieux, sensuel, un parfum intemporel.

GB: Et si on parle d’Oud Abramad?

DB: À la base, c’est assez sucré, c’est la paix, c’est la fusion. Je pense que la création peut parfois apaiser les gens. C’est un parfum politique, même si à la base je ne le dis pas trop! C’est un oud, qui est à la base un bois très oriental, mais qui est ici un bois occidental. C’est vraiment un pont entre l’Orient et l’Occident, qui peut être porté par tous. Abramad, c’est un prince qui vit dans son palais en Arabie, ouvert sur le monde qui l’entoure. C’est un oud moderne, ça symbolise la modernité et l’ouverture d’esprit, que les jeunes générations ont aujourd’hui. C’est la réconciliation entre les cultures, un peu, un melting pot de cultures que l’on peut voir sur le plan humain.


GB
: Et Tubéreuse Impériale?

DB: C’est une tubéreuse qui est très méchante, personnifiée. Toutes les autres fleurs essaient de piquer sa place, la tubéreuse est tellement jolie, tellement solaire, que toutes les autres fleurs comme le jasmin, comme l’iris, essaient de lui voler sa place, mais elle reste très dominatrice. En même temps, elle a besoin des autres fleurs pour se rendre encore plus belle - elle se sert des autres fleurs. La tubéreuse est tellement forte, mais dans ce parfum elle est sèche. Souvent, la tubéreuse, elle est un peu lactée, mais l’iris dans ce parfum donne ce côté un peu poudré, et aussi l’essence de cyprès qui donne ce côté boisé un peu sec. Elle est un peu sèche par rapport à d’autres tubéreuses, ça lui donne sa beauté. Son côté solaire, sexy et rassurant n’aurait pas pu exister sans les autres fleurs - jasmin, iris, ylang-ylang.

GB: Si on parle de Wood Jasmin?

DB: Ce n’est pas mon best seller, même si j’y croyais! Je l’adore, pour moi c’est un peu une forêt humide, dans la ville, il fait très chaud et il y a des gouttes de pluie sur la peau, y a des matières qui sont très magnifiques, très onéreuses, comme le cypriol nagarmotha, l’encens de Somalie, la vanille noire de Madagascar, la prune, la myrrhe, la particularité ici c’est que c’est un double absolu de jasmin, le jasmin d’Égypte qui a un côté à la fois floral et animal. Le nom ici n’est pas si bien choisi parce qu’il n’évoque pas que le jasmin et pas que les bois. Il y a aussi le davana qui va apporter ce côté très liquoreux - cognac, rhum, à la note. C’est un parfum qui se veut assez mystérieux, de son côté abstrait par rapport au reste de la collection.

GB: Crème de Cuir, comme vous l’avez mentionné, est un cuir qui se veut nettoyé de toute note animale.

DB: Il faut toute de même le souligner, je trouve que c’est une très belle création. Souvent, je n’aime pas trop les cuirs très animal, très fumés. Je voulais explorer le cuir sur une facette très blanche, transparente, et l’audace avec Violaine Collas qui a créé Pas ce Soir, c’était de mélanger les fruits et le cuir. On s’est intéressé à la feuille des fruits - feuille d’ananas, de bergamote, de mandarine, mêlée à la facette suédine, qui donne ce côté très addictif au cuir, très transparent, très musqué aussi. Toutes ces feuilles sont des matières naturelles, comme toujours.

GB: Vous utilisez seulememt des matières naturelles?

DB: Pas forcément, je n’ai pas de préférence. Il y a de très belles matières synthétiques, de très belles matières naturelles, c’est vraiment une question de comment la matière fonctionne avec le parfum.

GB: Et Rouge Smoking?

DB: Côté émotionnel, c’est Pigalle, c’est Paris, c’est un hommage à Saint Laurent, puisque ma grand-mère l’aimait beaucoup, ma mère aussi. Du coup, j’ai forcément été influencé, j’ai vu une exposition de son travail au Petit Palais il y a 8 ans et j’ai trouvé ça tellement beau, je trouve qu’il a beaucoup apporté au paysage de la mode. Je voulais un peu lui rendre hommage, au smoking qu’il a créé pour les femmes, c’est pour ça qu’il s’appelle Rouge Smoking. Je trouvais ça tellement novateur d’avoir féminisé une pièce qui à la base appartient au vestiaire masculin. J’avais imaginé une femme qui s’habillait en smoking rouge, à Pigalle, qui est très chic, qui exprime un vrai contraste entre le raffinement et la brutalité de Pigalle. C’est un quartier où j’ai passé beaucoup de temps, j’y sortais beaucoup dans des bars et des soirées, c’est un quartier qui est très cher à mon coeur. C’est ça qui est beau à Paris, il y a tellement de quartiers différents en désaccord les uns avec les autres. C’est aussi ce côté de Paris que j’avais envie de mettre en lumière - le côté un peu fou, un peu bohème, un peu déluré.

GB: Avez-vous un petit mot pour la fin?

DB: Je tiens à remercier Louise très chaleureusement, c’est une des premières à m’avoir fait confiance, pour un créateur c’est super important, si je fais un parfum mais que personne ne le vend, le parfum n’existe pas vraiment!

....

....

BDK Paris is available at H Parfums in Montréal and on our website hparfums.com

Interview: Gabrielle Badach

Translation to English: Léonie Chainé

..

Les parfums BDK Paris sont disponibles au comptoir H Parfums à Montréal et sur notre site hparfums.com .

Entrevue: Gabrielle Badach

Traduction: Léonie Chainé

....

8Louise Lamarre