.... A meeting with perfumer Michel Almairac, the nose behind Parle Moi de Parfum .. Rencontre avec le parfumeur Michel Almairac, le nez derrière Parle Moi de Parfum ....

....

Before discovering Une tonne de roses / 8 and Totally White / 126, two masterpieces by Michel Almairac, I had never been overwhelmingly impressed by a floral perfume. Floral scents? Not for me, I thought… And then one fine day, on Rue de Sévigné in Paris, I covered that a fresh rose could smell like – light, joyous, surprising, modern. And I completely fell for an enchanting fragrance that plunges us our olfactory senses into the midst of Parc Monceau in springtime:  Totally White / 126.  

A meeting with Michel Almairac, a perfumer at the top of his art

..

Avant de découvrir Une tonne de roses / 8 et Totally White / 126, deux chefs d'oeuvre signés Michel Almairac, je n'avais jamais été renversée par un parfum floral.  Les floraux ?  Pas pour moi, pensai-je...  Et puis un beau jour, rue de Sévigné à Paris, j'ai découvert ce que peut sentir une rose fraîche, légère, joyeuse, étonnante, moderne.  Et j'ai complètement craqué pour une fragrance enchanteresse qui nous plonge olfactivement en plein coeur du parc Monceau au printemps:  Totally White / 126.  

Rencontre avec Michel Almairac, un parfumeur au sommet de son art

....

Photos credits: Parle Moi de Parfum

Photos credits: Parle Moi de Parfum

....

Meeting with Michel Almairac and his son Benjamin.

You have created and continue to create mythic perfumes for Dior, Chloé, Bottega Veneta and several other major brands. What does Parle Moi de Parfum represent for you?

First of all, it’s an old dream. For a long time I thought about creating a perfume brand some day. And then 5, 10, 15 years went by. I was in a system that was difficult to leave. When my son Benjamin told me he wanted to set up a perfume brand, I told him: “That’ super! Because it’s my dream and you’re going to do it for me.” It’s really him who took the initiative.

What’s it like working with your son?

The advantage with Benjamin is that I can give free rein to my ideas, to projects I’m working on and that I’ve had in mind for several years. When I create perfumes for major brands, changing this and adding that, the final outcome often doesn’t resemble at all what I had wanted to do and why.

I’m fascinated by your perfume Une tonne de roses / 8, and that’s one of the reasons why I had very much wanted to meet you. How did you create such a fresh and joyous rose fragrance?

You should know that the perfume industry is very closely tied to the new synthetic products that allow us to make things that couldn’t be made before. The way a rose fragrance was made 50 years ago wasn’t at all the same as the way it is made today, because we have access to new products, such as rose ketones.

I read “Damascus Rose” in the list of this perfume’s notes. Are we talking here about Essential Oil or Absolute?

There are two main products. Rose Essence or Absolute. The absolute is rich in phenylethyl alcohol, while the essence contains very little. That’s why when the absolute or the essence is used in a perfume, the effect is very different. For Une Tonne de Roses / 8, the essence makes the difference. It contains a lot of volatile notes that smell a little like pear, a little like liqueur, a little like jam, etc. It’s much fresher. Much more ascendant.

Your wife told me that it took you 10 years to give a mute flower, the Syringa, its voice, the heavenly scent found in Totally White / 126.   That’s impressive!

First of all, it didn’t take just 10 years. It ended up taking a lot longer! The Syringa is known as a mute flower, a flower from which the scent cannot be extracted, such as lily of the valley, lilac or peony. It must be completely reconstituted. This wasn’t possible before the introduction of new perfumery products.

You know that in Montréal, people smell lily of the valley or lilac when they discover Totally White / 126

You have to know that flowers and flower scents are very close to one another. You can change from a rose to a lily of the valley by changing just one or two ingredients. That’s all. You take rose and add hydroxycitronellal and benzyl acetate and you have lily of the valley. You have lily of the valley and you remove the phenylethyl alcohol and the hydroxycitronellal, and you end up with jasmine. You see? The change from one to the other practically involves removing or changing one or two ingredients in a formula that contains at least 20 or 25, but by changing just one ingredient, you switch to something else. These examples are very simplistic. It’s more technical than that, of course.

Some perfumers work with complex formulas that may contain up to 200 or even 300 ingredients. Others, like Jean-Claude Elena at Hermes, adopt simplicity. In which school are you?

Very simple. Very impressionistic. I’ve always sought to ensure that each ingredient I use has a purpose. That it be in its place. It’s much easier to control when there aren’t a lot of products, because you no longer realize what is happening between them. It’s a little like cooking, like painting, like music – if you use all the notes in music, you end up with a cacophony. Three notes and you have a tune that is there and stays there permanently.

A perfumer named Jean Carles had created a perfumery school in Grasse, known for “the Carles method”. He said: "if you add a product to a formula and you don’t smell it, it isn’t worth the trouble to include it”. The greatest perfumes that people remember always have simple formulas. Take Guerlain’s formulas: they are simple formulas. L’air du Temps by Nina Ricci is an extremely simple formula. The same for L’Eau Sauvage.  Edmond Roudnitska was the greatest perfumer of the modern era. He’s the one who invented L’Eau Sauvage. He said: "You give a child modelling clay… He starts mixing blue and white. That gives a blue sky, which is pretty. He adds red and that makes violet; it’s still nice. But then he starts to add green, which results in grey-brown. That’s going to be ugly. It’s the same thing in perfumery. A few well-controlled ingredients that people remember.”


Your perfumery "Parle Moi de Parfum", located on Rue de Sévigné in Paris, offers visitors the opportunity to smell raw materials used in perfumery. This is an extraordinary concept. Where do they come from?

The materials come from Grasse, from the Robertet plant that transforms and manufactures raw materials. In Grasse, we buy our products from different sources and either process them on site or in Grasse. But it isn’t only in Grasse because there’s nothing in Grasse anymore. It still has mimosa, jasmine, rose, a little lavender, a little tuberose, a little violet. It’s always been like that – cocoa, tonka bean, nutmeg, vetiver, sandalwood come from faraway places.

The idea of having customers in the boutique smell raw materials adds an educational aspect. It shows that we talk about perfumes and know what we’re saying. We aren’t talking nonsense or telling legends. What we’re saying is true, it’s an authentic history, a family tradition, a shared passion. More and more, consumers want authentic stories. They want a real history behind the product, and not meaningless marketing “blabla”. There have been some nonsense stories told… rose extraction in satellites in orbit around the Earth… But that’s not what we want. We want a real perfumer’s language. We want to explain to consumers: you like a scent – here’s how the accord is constructed, here’s what’s in it, here’s the concentration, here’s the idea.

What makes you better than others at reproducing nature? Is it your love for nature?

From a commercial point of view, nature isn’t what sells and thus you don’t necessarily find nature in the brands. At this time, what sells are things that are much heavier. One day, a friend told me that Totally White / 126 didn’t work because, compared to others, it has no head note. It isn’t powerful. But it’s very pleasing. If perfumers tomorrow decided to make perfumes that smell like nature, they would  also certainly make very good perfumes that smell like nature. But today, there is very little demand.

Do you think there will be a return to nature? The niche is always ahead of the market.

Yes. And it isn’t always the next success that creates a trend. We may be going back to something more figurative, more natural, fresher. Perfumery is always evolving. And there are cycles: you have chypre cycles, floral or powdery cycles, fresh floral cycles.

In conclusion, I would like to ask you, when you think of Parle Moi de Parfum compared to a commercial product, what can I tell Montrealers who are unfamiliar with the niche? What makes it different from commercial perfumery?

The essential difference between a niche perfumery, like the one we’ve made, and so-called commercial, mass distribution perfumery is that we make perfumes that will become passionate favourites. We aren’t trying to make perfumes that please everyone. It’s sufficient for there to be some people who love them and that’s fine, that’s enough. This perfume then will have a true and unique character that will please only certain people.

..

Rencontre avec Michel Almairac et son fils Benjamin.

Vous avez créé et continuez de créer des parfums mythiques pour Dior, Chloé, Bottega Veneta et plusieurs grandes marques.  Que représente Parle Moi de Parfum pour vous ?

D'abord c'est un vieux rêve. Ça fait très longtemps que je pensais faire un jour une marque de parfum.  Et puis 5 ans, 10 ans, 15 ans ont passé.  Je suis dans un sytème dont il est difficile de sortir.  Quand mon fils Benjamin m'a dit qu'il voulait se monter une marque de parfum, je lui ai dit "C'est super ! Parce que c'est mon rêve et tu vas le faire pour moi".  C'est vraiment lui qui a eu l'initiative.  

Comment ça se passe entre le père et le fils ?

L'avantage avec Benjamin, c'est que je peux donner libre cours à mes idées, à des projets que je travaille et que j'ai en tête depuis plusieurs années.  Quand je crée des parfums pour des grandes marques, à force de modifier ceci, d'ajouter cela, le résultat final ne ressemble souvent pas du tout à ce que j'avais envie de faire, de dire.  

Je suis fascinée par votre parfum Une tonne de roses / 8, et c'est une des raison pour lesquelles j'avais très envie de vous rencontrer. Comment arrivez-vous à créer cette rose si fraîche et joyeuse?

Il faut savoir que la parfumerie est très liée aux nouveaux produits de synthèse  qui nous permettent de faire des choses qu'on ne pouvait pas faire avant.  La façon de faire une rose il y a 50 ans n’est plus du tout la même aujourd’hui parce que nous avons accès à des nouveaux produits comme les roses kétones.  

Je lis "Rose de Damas" dans la liste de notes de ce parfum, on parle ici d’Huile Essentielle, d’Absolu ?

Il y a deux grands produits. L’Essence ou l’Absolu de rose.  L’absolu est riche en alcool phényléthylique tandis que l’essence en contient très peu. C'est pour ça que dans un parfum, lorsqu’on utilise l’absolu ou l’essence, l’effet est très différent. Pour Une Tonne de Roses / 8, c’est l’essence. Elle contient beaucoup de notes volatiles qui sentent un peu la poire, un peu liquoreux, un peu confiture, etc. C’est beaucoup plus frais. Beaucoup plus montant.

Votre femme m'a raconté que vous avez mis 10 ans pour arriver à faire parler une fleur muette qui est le Seringat, cette odeur céleste qu'on retrouve dans Totally White / 126.   Impressionnant !

Tout d’abord, ça fait pas seulement 10 ans, ça fait plus que ça ! Le Seringat est, en effet, ce qu’on appelle une fleur muette. Une fleur muette est une fleur dont on ne peut extraire l'odeur, comme le muguet, le lilas ou la pivoine. Il faut donc la reconstituer complètement.  Ce n'était possible de le faire avant l'arrivée des nouveaux produits en parfumerie.

Vous savez qu'à Montréal, les gens sentent le muguet ou le lilas lorsqu'ils découvrent Totally White / 126?

Il faut savoir que les fleurs, les odeurs de fleurs sont très proches les unes des autres. Vous pouvez passer d’une rose à un muguet en changeant qu’un ou deux produits. C’est tout. Vous prenez une rose et vous ajoutez l’Hydroxycitronellal et de l'Acetate de Benzyle et vous avez un muguet. Vous avez un muguet et vous enlevez l’alcool phényléthylique et l'hydroxycitronellal, vous arrivez à un jasmin. Vous voyez ? Le passage de l’un à l’autre se fait pratiquement en enlevant ou en changeant un ou deux produits sur une formule qui en contient au moins 20 ou 25 mais en changeant qu’un élément, HOP, vous basculez sur une autre chose.  Ces exemples sont très simplistes, c'est plus technique que ça, bien sûr.

Certains parfumeurs travaillent dans la complexité avec des formules qui peuvent contenir jusqu'à 200, voire 300 éléments.  Et d'autres, comme Jean-Claude Ellena chez Hermes qui adoptent la simplicité.  De quelle école êtes-vous ?

Très simple. Très impressionniste.  J’ai toujours cherché à que chaque élément que j’utilise ait une raison d’être. Qu’il soit à sa place. Il est beaucoup plus facile de maîtriser quand il n’y a pas beaucoup de produits parce que vous ne pouvez plus vous rendre compte de ce qui se passe entre eux. C’est un peu comme la cuisine, comme la peinture, comme la musique - si vous mettez toutes les notes en musique, et bien vous avez une cacophonie. Trois notes et vous avez un air qui est là et qui reste là en permanence. Un parfumeur du nom de Jean Carles  avait créé une école de parfumerie à Grasse;  on dit d'ailleurs  “La méthode Carles”. Il disait "si vous mettez un produit dans une formule et que vous le sentez pas, ça ne vaut pas la peine de le mettre".  Les plus grands parfums dont les gens se souviennent ont toujours des formules simples. Vous prenez les formules de Guerlain, ce sont des formules simples. L’air du Temps de Nina Ricci, une formule excessivement simple. Même chose pour L’Eau Sauvage.  Edmond Roudnitska était le plus grand parfumeur de l’air moderne, c’est lui qui a inventé L’Eau Sauvage. Il disait "vous donnez à un enfant de la pâte à modeler… Il commence à mélanger le blanc et le bleu, ça fait un bleu ciel, c’est joli. Il ajoute du rouge dessus, ça va faire un violet, c’est encore sympa. Et puis là il va commencer à mettre du vert, ça va faire gris marron. Ça va être moche. C'est la même chose en parfumerie.  Peu d'éléments, bien maîtrisés et dont les gens se souviennent.

Votre parfumerie "Parle Moi de Parfum", située rue de Sévigné à Paris propose aux visiteurs de sentir des matières premières utilisées en parfumerie.  Un concept extraordianire. D'où proviennent-elles ?

Les matières proviennent de Grasse, de l’usine de Robertet qui transforme et fabrique des matières premières. À Grasse, on achète nos produits à différentes sources et soit on les traite sur place ou on les traite à Grasse. Mais ce n’est pas qu’à Grasse parce qu’à Grasse, il n’y a plus rien. Il reste le mimosa, le jasmin, la rose, un peu de lavande, un peu de tubéreuse, un peu de violette. Ça a toujours été comme ça - le cacao, la fève tonka, la muscade, le vétiver, le santal, ça fait parti des origines lointaines.

L'idée de faire sentir des matières premières aux clients en boutique apporte un côté pédagogique.  Ça montre que nous on parle de parfums et on sait ce qu’on dit. On ne raconte pas de bêtises, ni de légendes. Ce qu’on raconte, c’est vrai, c'est une histoire authentique, une tradition familiale, une passion partagée. De plus en plus, les consommateurs veulent des histoires authentiques. Ils veulent une véritable histoire derrière et pas du "blabla" marketing qui ne veut rien dire. Il y en a eu des bêtises à raconter… des extractions de roses dans les satellites, autour de la terre… Mais nous c’est pas ce qu’on veut. Nous, on veut un vrai langage de parfumeur. On veut expliquer aux consommateurs, vous aimez un odeur, voilà comment l'accord est construit, voilà ce qu'il y a dedans, voilà la concentration, voilà l’idée.

Qu’est-ce qui fait en sorte que vous arrivez plus que d’autres à reproduire la nature ? Est-ce votre amour pour celle-ci ?

Point de vue commercial, la nature ce n’est pas ce qui fait vendre, donc forcément dans les marques, vous trouvez pas de nature. En ce moment, ce qui fait vendre ce sont des choses beaucoup plus lourdes. Un jour, un ami de m’a dit que Totally White / 126 ne marcherait pas car par rapport aux autres, il n’a pas de tête. Il n’est pas puissant. Mais il plait beaucoup. Si demain les parfumeurs décidaient de faire des parfums qui sentent la nature, ils feront aussi sûrement de très bons parfums qui sentent la nature. Mais aujourd’hui, il n’y a que très peu de demandes.

Pensez-vous qu’il y aura un retour vers la nature ? C’est toujours la niche qui devance.

Oui. Et c’est toujours le prochain succès qui crée une tendance. Nous allons peut-être revenir à quelque chose de plus figuratif, de plus naturel, de plus frais. La parfumerie est toujours en évolution. Et c’est des cycles; vous avez des cycles chyprés, des cycles floraux ou poudrés, des cycles floraux frais.

Pour conclure, je voulais vous demander, quand on pense à Parle Moi de Parfum par rapport à un produit commercial, qu’est-ce que je peux dire à des Montréalais qui connaissent peu la niche? Qu’est-ce qui la différencie de la parfumerie commerciale?

La différence essentielle entre une parfumerie de niche telle qu’on la fait et la parfumerie dite commerciale, de grande distribution, c’est que nous on fait des parfums pour des coups de coeur. On n'essaie pas d'avoir des parfums qui plaisent à tout le monde. Il suffit qu'il y ait quelques personnes qui l'aiment et c'est bien, ça suffit. Ce parfum aura alors un vrai et unique caractère qui ne plaira qu’à certaines personnes.

....

....

Parle Moi de Parfum is available exclusively in Montréal at H Parfums and on our website hparfums.com

Interview conducted in Paris in spring 2018

Text:  Louise Lamarre

..

Parle Moi de Parfum est disponible en exclusivité à Montréal au comptoir H Parfums à Montréal et sur notre site hparfums.com

Entrevue réalisée à Paris au printemps 2018

Texte:  Louise Lamarre

Photos: Parle Moi de Parfum

....

Michel-Almairac.jpg

....

Michel Almairac, perfumer of Parle Moi de Parfum

..

Michel Almairac, parfumeur de Parle Moi de Parfum

....

3Louise Lamarre