.... Interview with Luc Gabriel, artistic director of The Different Company.. Entrevue avec Luc Gabriel, directeur artistique de la maison The Different Company ....

 

.... Luc Gabriel is the soul behind the French label The Different Company, perfumes of a rare elegance, altogether chic, complex and amazing. A man who is passionate about his craft, and that we have met many times in Paris and Montreal. He always has a lot to say about the world of perfume.

..

Des parfums d’une grande élégance, à la fois chics, complexes et surprenants, c’est sur ces eaux limpides que navigue allègrement Luc Gabriel, l’âme derrière la fabuleuse marque française The Different Company. Nous l’avons rencontré plusieurs fois à Paris et Montréal, car l’homme est passionné et volubile, pour notre plus grand bonheur. ....

Luc et Sophie Gabriel

Luc et Sophie Gabriel

....

Gabrielle Badach: You became the CEO of The Different Company in 2004, taking the role of artistic director and perfume editor. What is your relationship with the world of perfume and how did you decide to get into this industry?

Luc Gabriel: It was by chance. My mother owned a perfumery in my youth so every day, after school, I would pass by this perfumery. Of course, niche perfumes weren’t a thing back then and when you’re a child, perfumes stay in your memory. I started looking into taking over an enterprise in 2003 or 2004 and by coincidence, I started talking to an old friend, Thierry de Baschmakoff, who happened to launch The Different Company that year. It was more of a project than an actual perfume house at the time. When you work with a perfumer, it’s important to go as far as possible. This is one of the components of our brand - every time we work on a perfume, we go the extra mile, whether it’s amplifying it or toning it down. Another interesting example is Majaïna Sin. When we worked with Émilie on this perfume, the goal was to make a gourmand perfume that’s not exactly one. For Majaïna Sin, Émilie really went back to the fundamental values of our brand - raw materials of exceptional quality, accords that can be slightly puzzling, offering a luxury perfume experience. Majaïna Sin starts with a very fluid cinnamon accord, followed by ginger juice made of pressed ginger root, continuing with a perplexing chestnut accord and a base of vanilla - very animalic, dense, onerous. It instantly became a best seller, we sell it more than any other perfume.

GB: Your perfume all contain superb raw materials, but what makes Majaïna Sin exceptional? What made it deserving of winning the François Coty prize, in your opinion?

LG: Creativity, quality of our ingredients, unique character of our accords, the versatility of our perfumes, the coherence and the strength. Émilie strongly maintained that balance. We’ve been working together for years, we understand each other perfectly. She knows how to use the perfect components, the perfect qualities, at exactly the right times, in the right accord, not to have a specific perception but to add to the global coherence of the perfume. Not a lot of perfumers know how to work this way. This is how we work and in Majaina Sin, I think this is what intrigued them, this way we have of really working the elements until it possesses a wonderful coherence. It’s pretty rare.

GB:  What did this award bring to your brand? Did it bring even more visibility?

LG: For me, this only reinforces the fact we work with outstanding perfumers. If you work with quality materials and good, but not exceptional perfumers, it’s a work of chemistry, not alchemy. It’s very different.

GB: You have worked with eight perfumers so far. A perfumer is an artist and we can assume that it must be challenging to work and communicate with them at times. How do you describe your work with the perfumers?

LG: It’s important to find a common vocabulary, common grounds - but also very different grounds at times. To explain, when you work on a perfume, it is very complex to show how you feel, communicate the emotions you want to give to your perfume. We often use metaphors - colors, shapes - to describe it. For example, Christine works with shapes. She would say the perfume is too square, too rectangular, too round. We also use colors - too red, too blue. There are three essential key moments in the creation of perfume. First, understanding what we want to do, start on the right foot. Second, during the development, making sure all the comments are understood and are helpful in the process of creating the perfume. Third, knowing when to stop and when our perfume is ready - this is the hardest step. Every perfume has its character, just like artists usually have a strong personality. Relationships with perfumers are complex relationships, but it brings to the richness of them. I would never work with a perfumer I don’t get along with.

GB: Do you always come up with a core idea with perfumers or do you let them do as they wish?

LG: A little bit of both. It’s about submitting an idea and then talking about it.

GB: So you’re the one to submit ideas first. Do you always choose a specific perfumer?

LG: We speak rather informally with perfumers, it goes very naturally. It always depends on the perfumer. For some, it is too early in their personal development, in their career as a perfumer. For others, it’s an exciting idea, but they have to find the time to work with us. There is also some perfumers I would never envision working with, and they would never imagine themselves working around a table with us.

GB: Have you ever refused to work with a perfumer because you don’t see them adhering to the DNA of the brand?

LG: Maybe it’s only a problem of perception. Nothing is definitive, but I do have to be impressed by their creations. Perfumers have to keep in mind the DNA of the brand, but most importantly, they must have a signature. Otherwise, we only get one of those elements in the perfume. There’s no balance. A perfumer without a signature is not interesting. It results in a nice perfume, but it’s not enough.

GB: You founded the Josephine Committee in 2014, which aims at protecting the utilization of raw materials in perfumes. Could you tell us more about it?

LG: We try to limit excessive regulations in the world of perfume, particularly concerning raw materials. The perfume world is very competitive. Mainstream perfume houses try to compete with niche brands. One of the most efficient ways is to do it is by using the European lobbying system, to make sure no one is using quality raw materials. All perfumes will smell the same if we can only use synthetic materials. It all started with the excuse of protecting consumers. The most iconic perfumes are now deprived of the elements that made them so unprecedented. It does not only ruin the development of niche perfume brands, but it also kills creativity.

GB: You often talk about emotions being the most important part of a perfume. Where do you personally find these emotions?

LG: I think it’s about smelling a perfume that instantly brings emotions to you. You can’t control your emotions, it’s not about being rational. Emotions will instantly make you forget about rationality. They will take you to another place, create colors and images. Anything that brings you beyond rationality is an emotion. If you don’t move people with your perfume, what’s the point? We’re not making odors, simple scents. Some brands are excellent at doing this, simple and inexpensive odors. It’s nice, but it’s not the same thing. It’s possible to love both.

GB: Since 2004, The Different Company is sold in forty-five countries. What are the favorite perfumes of Europeans, Americans, Asians and Middle Easterners?

LG: In Asia and America, it’s pretty similar. Light, citrusy, floral perfumes, a few gourmand fragrances. In the Juste Chic collection, it would be, particularly in Asia, Osmanthus and Sens et Bois. Sublime Balkiss as well, but this perfume works everywhere. In Russia and in Middle Eastern countries, they prefer ouds, such as Adjatay. In Europe, it would be Une Nuit Magnétique, Pure eVe and Sublime Balkiss.

Every brand makes most of its profit with one or two perfumes only. For us, it would be Pure eVe, Sublime Balkiss and Majaina Sin. Olfactively, these perfumes have nothing in common, in their construction as well. Even the perfumer is different.

GB: Do you have any last words for our Canadian friends?

LG: I love your country and I think it is all about contrasts. It is balanced thanks to the people who keep this best of both worlds! (European and American influences)

 ..

Gabrielle Badach : Vous êtes devenu PDG de The Different Company en 2004, prenant le rôle de directeur artistique et d’éditeur de parfums. Quelle est votre relation avec l’univers du parfum et comment avez-vous décidé de vous lancer dans cette entreprise ?

Luc Gabriel : Quand j’étais petit, ma mère avait une parfumerie et tous les jours, en rentrant de l’école, je passais dans cette parfumerie, à une époque où la parfumerie de masse n’existait pas encore. Et quand on est petit, sentir les parfums, ça reste dans la mémoire.

C’est quand j’ai recherché à reprendre une entreprise en 2003 ou 2004, que par hasard, je suis entré en contact avec un ami, Thierry de Baschmakoff, qui venait de lancer The Different Company, qui était plus un projet qu’une maison, à l’époque.

Directeur artistique, c’est peut-être un peu présomptueux - c’est vrai que pour chaque développement de parfum, je suis très impliqué, je travaille chaque fois avec les parfumeurs. Quand on travaille avec un parfumeur, on va au bout de ce que l’on fait. C’est l’une des caractéristiques de la marque - chaque fois qu’on fait un parfum, on pousse le curseur à fond. Par exemple, quand j’ai travaillé avec Émilie Copperman sur Majaina Sin, l’objectif, c’était de travailler un gourmand qui serait totalement dans l’esprit The Different Company. En sentant Majaïna Sin, on démarre par une cannelle qui est presque liquide, on continue avec un jus de gingembre, une racine de gingembre pressée, un accord marron en coeur assez déroutant, et en fond une vanille très animale, très dense, très profonde, qui était très onéreuse. C’est devenu instantanément un best-seller, on le vend plus que n’importe quel parfum.

GB : Tous vos parfums comportent de très belles matières premières, qu’est-ce qui rend Majaïna Sin exceptionel? Qu’est-ce qui lui a valu le prix François Coty 2018, à votre avis ?

LG : Ce qu’Émilie a réussi à faire, c'est qu'elle a réussi à intégrer cet équilibre. Cela fait des années qu’on travaille ensemble, on se comprend très bien. Elle va savoir utiliser tel composant, de telle qualité, à tel moment, dans tel accord, non pas pour avoir une sensation spécifique à cet instant-là, mais pour la cohérence globale du parfum. Il n’y a pas énormément de parfumeurs qui savent faire ça. 

Dans Majaïna Sin, je pense que c’est ça, qui les a frappés, c'est que chacun des éléments est tiré à fond, et c’est assez rare.

GB : Qu’est-ce que ça a apporté à la marque d’avoir remporté ce prix, est-ce que ça vous a apporté encore plus de visibilité ?

LG : Pour moi, ça ne fait que renforcer l'idée qu’on travaille avec des parfumeurs d’exception. Si vous avez de bons parfumeurs, mais qu'ils ne sont pas exceptionnels, ce sont des chimistes et non des alchimistes. C’est très différent.

GB : Jusqu’à maintenant, vous avez travaillé avec huit parfumeurs. Un parfumeur, c’est d’abord un artiste, et on peut imaginer que parfois, c’est compliqué de travailler, de communiquer avec eux sans empiéter sur leur art. Comment est-ce que vous arrivez à travailler avec ces parfumeurs ?

LG : Il faut trouver un vocabulaire commun, trouver des territoires communs et parfois, des territoires vraiment séparés. Je m’explique - quand on travaille sur un parfum, c’est très difficile d’exprimer ce que l’on ressent et d’exprimer des émotions que l’on voudrait donner au parfum. Souvent, on utilise des métaphores de couleurs, de formes, on dit d’un parfum qu’il est vertical ou pas. Par exemple, avec Christine, on parlait de la forme. On disait d’un parfum qu’il est trop carré, trop rectangulaire, trop rond. On utilise aussi les couleurs - trop rouge, trop bleu.

Il y a trois moments clé quand on fait un parfum. Un, c’est de comprendre ce qu’on souhaite, de démarrer sur une bonne base. Deux, pendant le développement, s’assurer que tous les commentaires que l’on fait sont bien compris et se traduisent dans une évolution dans le sens que l’on désire. Trois, c’est savoir quand dire stop et qu’un parfum est prêt - c’est l’étape la plus compliquée.

Chacun a son caractère, tous les artistes ont un caractère fort. Les relations, par définition, sont toujours des relations complexes, mais c’est ce qui fait leur richesse. Je ne pourrais pas travailler avec un parfumeur avec qui je n’ai pas d’atomes crochus.

GB : Allez-vous voir le parfumeur avec une idée de base ou lui laissez-vous le champ libre ?

LG : C’est un peu les deux. C'est "voilà l'idée", et on en parle.

GB : C’est donc vous qui avez l’idée à la base. Est-ce que vous choisissez le parfumeur ou c’est plutôt un appel d’offres?

LG : Jamais d’appel d’offres. On parle de manière assez informelle avec les uns les autres. Ça se fait assez naturellement. Ça dépend toujours du parfumeur. Pour certains, c’est trop tôt dans leur développement personnel, par rapport à ce qu’ils sont en train de créer. Pour d’autres, c’est très bien, mais il faut trouver l’occasion de le faire ensemble. Il y a aussi d’autres parfumeurs avec qui je n’envisage pas de travailler.

GB : Donc, ça vous est déjà arrivé de refuser de travailler avec un parfumeur parce que vous ne les imaginiez pas travailler pour la marque ?

LG : Oui, et peut-être que c’est seulement un problème de perception que j’ai. Rien n’est jamais définitif, mais il faut qu’on soit déjà impressionnés par les créations de ce parfumeur. Les parfumeurs doivent garder l’ADN de la marque, mais le plus important est d’avoir une patte forte. Sinon, il n’y aura pas d’équilibre. Un parfumeur qui n’a pas de signature, ce n’est pas intéressant. On se retrouve avec un jus sympathique, mais ce n’est pas assez. Ce n’est pas l’essence de notre métier.

GB : Vous avez fondé en 2014 le Comité Joséphine qui défend l’utilisation des matières premières naturelles. Pouvez-vous nous en parler ?

LG : On essaie plutôt de limiter un surégulation dans le monde du parfum, surtout pour les matières naturelles. Nous sommes dans un univers concurrentiel. Les grands groupes n’ont pas réussi à mettre le pied dans les marques de niche et utilisent le système de lobbying européen pour faire en sorte que personne ne puisse utiliser de matières premières de qualité. Il n’y aura donc plus de différences à la fin, si on ne peut qu’utiliser des matières synthétiques. Tout ça a commencé sous prétexte de protection du consommateur, ce qui a dépossédé des parfums mythiques de l’élément de base qui fait sa distinctivité. La réponse, à l’époque, était de reformuler les parfums. C’est n’importe quoi.

Ce n’est pas du tout un problème de santé publique, c'est un problème de lobbying pour éviter que les marques indépendantes puissent continuer de se développer. En plus de nuire à notre développement, cela veut dire que si vous avez une palette olfactive particulière, cela tue la créativité, cela tue la haute parfumerie.

Ceci est le projet du Comité Joséphine: tenter de stopper ou freiner le tout. On a tellement de guidelines, dans tous les sens, ça devient insupportable. Qu’on laisse à chacun la liberté de faire ses choix, en prouvant que ce n’est pas un problème de santé publique.

GB : Vous parlez souvent de l’émotion comme étant l’élément indispensable d’un parfum. Qu’est-ce qui suscite l’émotion chez vous ?

LG : C’est quand tout d’un coup, on sent quelque chose qui parle. L’émotion, ça ne se maîtrise pas. On n’est pas dans le rationnel. Ça va vous transporter ailleurs, vous donner une sensation de couleur, d’image, une envie.

On ne fait pas des sent-bon, des senteurs, des odeurs. C’est un autre métier, et je respecte totalement cela. Certaines marques font très bien cela, des odeurs simples et pas chères. C’est sympa, mais ce n’est pas la même chose. On peut aimer les deux. Aujourd’hui, on n'a pas l’obligation de rester avec une marque, avec un produit. Nous, on est dans le monde l’émotion.

GB : Quel parfum de The Different Company vous touche particulièrement ?

LG : Dans un même univers olfactif, Santo Incensio et Bois d’Iris. Bois d’Iris, par Jean-Claude Ellena, c'est un iris pas du tout terreux, une forme d’élégance intemporelle, très classique, bien construite. Santo Incensio, c’est l’inverse. C’est un extrait qui démarre très léger, avec un sentiment de vivant extraordinaire. En le mettant sur la peau, on a l’arbre qui grandit sur la peau. Il comporte des notes d’encens et de myrrhe à la fin qui sont vraiment ésotériques. Deux parfums boisés chez nous, qui sont radicalement différents dans leur construction et qui provoquent des émotions très intéressantes. J’ai porté très longtemps Bois d’Iris, très longtemps Santo Incensio, et je suis maintenant dans une phase d’entre deux. Ce sont des parfums qui me touchent.

GB : Depuis 2004, The Different Company s’est implanté dans plus de 45 pays. Pourriez-vous nous dire quels sont les parfums préférés des Européens, des Américains, des Asiatiques et des Moyen-Orientaux ?

LG : Asie et Amérique, c’est le même combat. Des parfums légers, hespéridés, floraux, un petit peu de gourmands. Dans la collection Juste Chic, en Asie notamment, Osmanthus, Sens et Bois. Sublime Balkiss aussi, mais celui-ci fonctionne partout.

Sur l’axe Russie, Moyen-Orient, on est plus sur les ouds, par exemple Adjatay.

En Europe, c’est plutôt Une Nuit Magnétique, Pure eVe et Sublime Balkiss.

En même temps, un best-seller en sera un dans le monde entier. Chaque marque fait la plupart de son chiffre d’affaire avec un ou deux parfums seulement. Pour nous, ça serait Pure eVe, Sublime Balkiss et Majaïna Sin.

GB : Avez-vous un petit mot de la fin pour nos amis Canadiens ?

LG : J’adore votre pays et je pense que c’est un pays de contrastes. Ce qui fait l’équilibre de tout ça ce sont les gens. Ils intègrent les cultures américaines et européennes, et ils en font la synthèse. Ne changez rien, gardez ce best of both worlds !

....

 

.... The Different Company fragrances are available at H Parfums in Montréal or online at hparfums.com

..

Les fragrances The Different Compamy sont disponibles au comptoir H Parfums à Montréal et en ligne sur hparfums.com

....

....

Interview: Gabrielle Badach for H Parfums

English translation: Léonie Chainé

..

Entrevue: Gabrielle Badach pour H Parfums
Traduction en anglais: Léonie Chainé

....